Contactez-nous : 04 42 65 42 10
Faune protégée/ Pélobate cultripède – Pelobates cultripes

Faune protégée/ Pélobate cultripède – Pelobates cultripes

Le pélobate cultripède est un anoure mesurant entre 8 et 10 cm. Les grenouilles, crapauds et rainettes sont des amphibiens anoures, c’est-à-dire « sans queue » à l’état adulte, contrairement aux tritons et aux salamandres. Cet anoure possède de gros yeux proéminents à pupille vertical et une peau lisse. Son nom d’espèce « cultripes » vient du latin et signifie « couteau » et « pied ». En effet, il possède des callosités cornées et noires en forme de pelles sous les talons : les couteaux, lui permettant de creuser et de s’enfoncer dans le sol. C’est pour cette raison qu’il est également appelé « crapaud à couteaux ». Le pélobate cultripède a une répartition mondiale très réduite et peu abondante en France. Sur les 20 stations présentes en Provence, les Bouches-du-Rhône en abritent une quinzaine, principalement dans la moitié ouest du département. Selon la liste rouge de l’UICN, cet animal est évalué comme étant « en danger » dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. En effet, les menaces qui s’exercent sur cette espèce sont très importantes avec une tendance au déclin des populations sur l’ensemble de son aire de répartition. On observe un isolement des populations qui peut être dû au développement urbain, industriel et portuaire (zones résidentielles, infrastructures routières…etc) et à la perte d’habitat. D’autres facteurs comme la minéralisation du littoral, la reforestation des milieux ouverts abandonnés au cours de la déprise rurale ou encore la pullulation de l’Ecrevisse de Louisiane représentent des menaces pour l’espèce. Pour en apprendre plus sur le pélobate cultripède : https://www.youtube.com/watch?v=-GEWX2i_184 Découvrir son chant ...
Flore protégée/ Ophrys de Provence – Ophrys provencialis

Flore protégée/ Ophrys de Provence – Ophrys provencialis

L’ophrys de Provence mesure de 20 à 40 cm de haut et sa période de floraison s’étale d’avril à mai. Cette espèce est endémique de Provence, elle est présente dans presque tous les départements de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, elle est particulièrement abondante au niveau du département des Bouches-du-Rhône. En effet, elle se développe sur des terrains calcaires tels que des pelouses sèches, mais aussi des garrigues ou encore en lisière de pinèdes. Pollinisé par les abeilles sauvages, ce taxon peut s’hybrider avec de nombreuses autres Ophrys. Cette espèce est déterminante pour les Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF), et protégée par la loi. L’Arrêté du 9 mai 1994, relatif à la liste des espèces végétales en région PACA interdit la destruction, la coupe, la mutilation, l’arrachage, la cueillette, l’enlèvement, le colportage, l’utilisation, la mise en vente ou l’achat de cette espèce sur tout le territoire de la région. La matière ligneuse accumulée au sol après les débroussaillages importants lors de la réalisation de pistes DFCI peut étouffer cette Ophrys. Certaines stations proches du littoral peuvent subir l’urbanisation. Cependant, à ce jour, cette espèce reste très abondante et possède une large répartition départementale, elle ne semble pas menacée.   Pour en savoir plus : Ophrys provincialis (H.Baumann & Künkele) Paulus, 1988 – Ophrys de Provence-Présentation (mnhn.fr) FLOREALPES : Ophrys provincialis / Ophrys de provence / Orchidaceae / Fiche détaillée Fleurs des...
Faune protégée/ Tortue d’Hermann – Testudo hermanni hermanni

Faune protégée/ Tortue d’Hermann – Testudo hermanni hermanni

La tortue d’Hermann est un reptile mesurant entre 15 et 18 centimètres à l’âge adulte. On la différencie de la tortue grecque, car elle possède une écaille caudale divisée en deux.  Elle est principalement herbivore et se nourrit par exemple de trèfle ou de pissenlit. Mais il lui arrive parfois de manger de petits escargots, des cloportes ou des vers de terre.  C’est la seule espèce de tortue terrestre que l’on retrouve en France métropolitaine. Sa répartition est très limitée, on la retrouve uniquement dans le Var au niveau de la Plaine des Maures et du plateau de Gonfaron, et en Corse. Une autre population de tortue d’Hermann était présente en France dans les Pyrénées Orientales mais elle a disparu depuis les années 1960. Dans le reste du monde, la tortue est présente au niveau du bassin méditerranéen, en Italie, en Espagne, en Sicile et en Sardaigne.  Selon la liste rouge de l’UICN, cette tortue est évaluée comme étant « en danger » (EN) dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. En effet, les menaces qui s’exercent sur cette espèce sont très importantes. La perte de son habitat est l’une des principales causes de sa disparition. Cette perte est due à l’urbanisation ou encore au développement des zones cultivées. Les utilisations de machines lors de travaux agricoles et lors de débroussaillage entraînent quant à elles la perte directe d’individus. Il est d’ailleurs conseillé de laisser une certaine hauteur de végétation lors du débroussaillage afin de ne pas scalper les tortues pouvant s’y trouver. Cependant, c’est lors d’incendies que les plus forts taux de mortalités sont observés.  Attention :  les Tortues d’Hermann sont des animaux sauvages protégés par des réglementations, des lois et des arrêtés. Il est donc interdit de détenir, de transporter, de vendre ou d’acheter des tortues prélevées dans le milieu naturel. Il est également interdit de les manipuler...
Faune protégée/ L’aigle de Bonelli – Aquila fasciata

Faune protégée/ L’aigle de Bonelli – Aquila fasciata

L’aigle de Bonelli est un rapace mesurant en moyenne 60 cm de haut et possédant une envergure d’1,70 m. Il pèse de 1,5 à 3 kg et vit de 25 à 30 ans. Il est carnivore et se nourrit de petits mammifères tels que des écureuils ou des lapins, des reptiles comme le lézard ocellé et de certains oiseaux. Présent dans le Sud-Est de la France sur tout le pourtour méditerranéen, cet aigle aime faire son nid dans des falaises. Dans notre département, deux couples sont notamment présents sur la Sainte-Victoire. Selon la liste rouge de l’UICN, l’Aigle de Bonelli est évalué comme étant « en danger critique  » dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. En effet sa répartition a fortement diminué depuis 1900. Sa population varie également. On comptait 80 couples en 1960, 29 en 2012, et 41 couples en 2020. Les menaces qui s’exercent sur cette espèce sont nombreuses, et l’électrocution sur les pylônes moyenne tension est l’une des principales menaces. Elle a d’ailleurs fait l’objet d’un constat partagé lors du « 2ème symposium Aigle de Bonelli les 23 et 24 septembre 2021  » . L’utilisation massive de pesticides dans l’agriculture les empoisonne et constitue une autre menace. De plus, ces aigles sont très sensibles au dérangement, comme les travaux près des sites de nidification, mais aussi les activités de pleine nature, les randonneurs bruyants, les cyclistes ou encore les véhicules à moteur qui peuvent faire échouer une saison de reproduction. L’espèce bénéficie aujourd’hui d’un statut de protection très important, ayant pour objectif de protéger les individus et d’améliorer leur succès de reproduction. Tout d’abord, le suivi de l’espèce se fait afin de vérifier...
Paroles d’experts / Forêts et changement climatique

Paroles d’experts / Forêts et changement climatique

L’institut pour la Forêt vous propose sa dernière réalisation en partenariat avec la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, sa dernière réalisation surles effets du changement climatique sur notre biodiversité. Ce nouveau livret donne la parole aux chercheurs, experts de l’étude du changement climatique dans les forêts régionales. Tous issus de grands établissements de recherche en région, ils nous donnent leur éclairage sur les effets déjà constatés et sur les enjeux auxquels nous aurons à faire face. Au fil de ces pages, vous découvrirez comment nos forêts, nos paysages vont évoluer comme nos modes de vie et notre rapport à la forêt. Bonne lecture…..   Cliquez sur le lien ci-joint pour accéder au livret :View this publication on CalaméoPublish at Calaméo or browse the...
Couleurs Forêt

Couleurs Forêt

La forêt de Provence-Alpes-Côte d’Azur, véritable patchwork de milieux, de paysages, d’essences forestières, d’espèces végétales et animales remarquables, est aussi riche de ses femmes et hommes investis dans la filière bois, la conservation et la valorisation des peuplements. Savez-vous que la région Provence-Alpes -Côte d’Azur est parmi les régions de France les plus boisées et l’une des plus riches en espèces animales et végétales. Ce livret vous propose un vaste tour d’horizon des problématiques forestières, des arbres et des forêts qui composent avec une nature d’exception. Cliquez sur le lien ci-joint pour accéder au livret...