Contactez-nous : 04 42 65 42 10

Couleurs Forêt

La forêt de Provence-Alpes-Côte d’Azur, véritable patchwork de milieux, de paysages, d’essences forestières, d’espèces végétales et animales remarquables, est aussi riche de ses femmes et hommes investis dans la filière bois, la conservation et la valorisation des peuplements. Savez-vous que la région Provence-Alpes -Côte d’Azur est parmi les régions de France les plus boisées et l’une des plus riches en espèces animales et végétales. Ce livret vous propose un vaste tour d’horizon des problématiques forestières, des arbres et des forêts qui composent avec une nature d’exception. Cliquez sur le lien ci-joint pour accéder au livret...

Récolter du bois pour faire vivre la forêt

Gérer une forêt, c’est la faire vivre et grandir. Les propriétaires, les gestionnaires, les exploitants, les élus sont conscients de la nécessité d’une bonne gestion des forêts. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, les espaces forestiers sont présents sur près de la moitié du territoire. C’est pourquoi, dans le respect des usages et des ressources, il est possible de récolter du bois et pratiquer une sylviculture durable et raisonnée. Dans ces conditions, l’abattage d’un arbre ou la coupe d’une parcelle boisée ne sont pas des actes contre nature ou des déboisements sauvages.  Si vous pensez que les coupes de bois sont à proscrire ou à limiter, nous espérons que ce livret vous permettra d’en juger autrement et pourquoi pas, de nous aider à faire évoluer les idées reçues. Cliquez sur le lien ci-joint pour accéder au livret...

Arbres et forêts remarquables de notre région

Le livret “Arbres et forêts remarquables” souhaite vous donner quelques éléments clés pour reconnaître aisément les principales essences forestières en région sud Provence-Alpes-Côte d’Azur dont les peuplements recèlent tous une curiosité, une histoire, une passion, une contribution… Bonne lecture Cliquer sur le lien pour accéder à la brochure...

Les acteurs de la filière forêt/bois

Le livret “Paroles d’acteurs de la filière” réalisé avec le soutien de la région sud Provenc-Alpes-souhaite vous donner un aperçu des professions présentes, d’un bout à l’autre de la filière forêt-bois afin de mettre en lumière ce secteur indispensable au développement économique de notre région. Au fil de ses pages, vous découvrirez ainsi le rôle mais également la passion qui anime nos artisans régionaux autour de cette matière noble qu’est le bois. Bonne lecture…  Cliquer sur le lien pour accéder à la brochure...

LABEL PEFC, une garantie de bois durable

La certification PEFC (Pan European Forest Certification) garantit au consommateur que les bois (ou les fibres de bois) utilisés pour fabriquer les produits sont issus de forêts gérées de façon durable participant ainsi au développement et à la pérennité des massifs forestiers. PEFC, c’est un cahier des charges très strict et des contrôles pour garantir le respect de ces exigences. Les garanties apportées par PEFC attestent de l’importance et de la richesse des forêts, de la valeur des services rendus par les produits et les écosystèmes forestiers et plus généralement de l’inestimable contribution des forêts et des forestiers à la société et à son bien-être. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, PEFC agit avec l’ensemble des acteurs de la filière forêt/bois pour développer la certification à tous les niveaux, des propriétaires forestiers qu’ils soient publics ou privés jusqu’aux vendeurs de produits en bois. www.pefc-france.org 404 313 ha de forêts certifiées PEFC, dont 48 800 ha appartenant à 540 propriétaires privés.        ...

L’EXPLOITATION FORESTIÈRE : une activité très encadrée

Les activités de récolte de bois ne sont pas désordonnées mais très strictement encadrées par la loi (Code forestier, Code de l’environnement, Code de l’urbanisme…), par des chartes, des règlementations, un règlement national d’exploitation forestière,  des certifications PEFC, ainsi que des prescriptions en matière de protection de l’environnement. Les chantiers de coupes doivent être déclarés et signalés. Les itinéraires empruntés par les porteurs ou les grumiers pour entreposer ou évacuer les bois, font l’objet d’une autorisation préalable. Les propriétaires privés de plus de 25 ha doivent concevoir et faire approuver un plan simple de gestion (PSG). Ce document contient un état des lieux de la forêt ainsi que les objectifs du propriétaire et précise les interventions qui seront réalisées dans la forêt sur une période de 10 à 20 ans. Les propriétaires publics doivent établir un document de gestion appelé “plan d’aménagement forestier”,  en concertation avec les élus et les associations locales. Celui-ci est approuvé par le ministre en charge des forêts. Cette feuille de route qui programme les différentes interventions à mener sur une période de 15 à 20 ans, prend en considération tous les aspects de la gestion durable. 136 650 ha en 2014, c’est la surface forestière privée dotée d’un document de gestion comme les plans simples de gestion (PSG), un règlement type de gestion (RTG) ou un code de bonnes pratiques sylvicoles (CBPS). 351 000 ha de forêt sont soumis à une prescription environnementale. (Source DREAL)        ...

GÉRER, ne signifie pas tout couper !

Gérer une forêt, c’est au préalable penser son maintien et son renouvellement à long terme. L’acte de gestion atteste souvent d’une prise en compte des différentes fonctions de la forêt (paysage, accueil, biodiversité, production de bois…) et d’un intérêt pour le patrimoine forestier. Le souci permanent est bien de récolter des arbres tout en garantissant le bon renouvellement des forêts. Préserver les forêts et produire du bois ne sont pas antinomiques, mais complémentaires. L’absence de gestion et la sous exploitation sont beaucoup plus néfastes pour la conservation et la mise en valeur des forêts. LES  PRINCIPES FONDAMENTAUX D’UNE BONNE GESTION – Garantir la pérennité des peuplements forestiers. – Valoriser le patrimoine forestier et assurer un revenu au propriétaire. – Protéger les milieux  et sauvegarder le patrimoine...

LA GESTION DURABLE, un slogan ou une nécessité ?

Plus qu’une formule à la mode, la gestion durable permet à tous de profiter des bienfaits de la forêt aujourd’hui et permettra à nos enfants  d’en profiter demain. La loi d’orientation forestière a introduit ainsi en 2011 la notion de gestion durable dans le droit français : “La gestion durable des forêts garantit leur diversité biologique, leur productivité, leur capacité de régénération, leur vitalité et leur capacité à satisfaire, actuellement et pour l’avenir, des fonctions économiques, écologiques et sociales pertinentes”. 20% de forêts régionales sont classés Natura 2000 et 180 000 ha au titre de la directive habitat. (Source DREAL) UNE APPROCHE SINGULIÈRE, L’ASSOCIATION PRO SILVA La sylviculture “irrégulière, continue et proche de la nature” (SICPN), développée par Pro Silva depuis 25 ans, cherche à valoriser au mieux les processus naturels pour optimiser la production biologique. Elle se concentre sur les arbres de meilleure qualité, sans perturbations brutales du milieu, par des interventions fréquentes et légères. Cette approche à la fois technique, éthique, paysagère et économique permet de concilier utilement économie et écologie....

LA FORÊT RÉGIONALE, une ressource en expansion !

On imagine à tort que les coupes de bois détruisent définitivement la forêt et que ces mêmes coupes vont à court terme et sur une grande échelle anéantir tous les arbres et les peuplements de nos paysages. Cette vision erronée ne correspond pas à la réalité. En Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (comme pour le reste de la France) la récolte de bois est bien inférieure à la production naturelle des forêts régionales. Le “stock” de bois est donc chaque année  en augmentation. Le “capital forestier” régional ne compte pas moins de 1 544 000 ha pour un volume sur pied de 114 millions de m3. La récolte du bois en Provence-Alpes-Côte d’Azur représentait en 2012, 720 000 m3, soit moins de 20% de l’accroissement naturel forestier. La forêt régionale est donc considérée comme largement sous-exploitée du fait de la qualité moyenne des peuplements, du relief accidenté, des difficultés d’accès, du morcellement de la propriété. En effet, on considère que seulement 37% des forêts de production sont facilement exploitables en Provence-Alpes-Côte d’Azur. 2,9 millions de m3 c’est l’accroissement annuel des forêts dans notre région, c’est-à-dire le volume de bois qui s’ajoute chaque année à celui qui existe déjà. (Source IFN/IGN) 56% de la région sont couverts par des chartes forestières de territoire (CFT), signe positif d’une mobilisation des acteurs de la forêt régionale pour la...

Les fonctions multi-usages de la forêt

Les espaces forestiers n’ont pas une seule vocation. Une même forêt peut tout à la fois, produire du bois, accueillir du public ou rendre des services environnementaux (cycle de l’eau, biodiversité, carbone…) tout en contribuant à la valorisation du paysage. Mais dans un premier temps à qui appartient la forêt ? Elle appartient à plus de 222 260 propriétaires. Dans la grande majorité, soit 65% des surfaces, les forêts appartiennent à des propriétaires privés. Les 35% restants se partagent entre les forêts domaniales (propriété de l’Etat) et celles des communes, des départements et des établissements publics. LE RÔLE DE LA FORÊT Les forêts jouent un rôle essentiel sur la qualité de l’air. Les arbres absorbent du carbone durant leur croissance qu’ils stockent tout au long de leur vie. En France, une forêt en pleine croissance peut absorber de 11 à 37 tonnes de CO2 par hectare et par an. Selon les projections les plus faibles (11t/an/ha), la forêt régionale pourrait stocker 16 650 kt de CO2/an. La forêt est également un lieu de pâturage. Le sylvopastoralisme consiste à mettre en oeuvre des techniques et des modes de gestion durables pour harmoniser les objectifs forestiers et pastoraux. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, il s’agit de concilier pastoralisme avec valorisation du bois et/ou prévention contre les incendies. Le Centre d’études et de réalisations pastorales Alpes Méditerranée (CERPAM) identifie, dans la région plus de 64 000 ha de forêts sur lesquels une activité sylvopastorale permet la Défense des Forêts Contre l’Incendie. La Région Provence-Alpes-Côte d’Azur est reconnue comme un haut-lieu de la biodiversité. En effet, notre territoire abrite plus de 85% des espèces de mammifères, 70% des reptiles, 63%...

Le débroussaillement

Près de 40% de l’habitat est en contact avec une zone combustible à risque (forêt, maquis, friche…). Ces secteurs peuvent subir des dégâts importants s’ils ne sont pas correctement débroussaillés. L’obligation légale de débroussailler s’applique aux habitations situées à l’intérieur et à moins de 200 m d’une zone de forêt, lande ou maquis. L’intérêt premier réside dans la protection de l’habitation et de ses occupants par une mise à distance de la végétation. Les arbres doivent être élagués et éloignés du bâti, les surfaces et la biomasse combustible diminuées. Tous les conseils sur le document édité par la Région...

Les arbres de nos forêts (2)

Le chêne Qu’ils soient blancs ou verts, les chênes de nos régions forment des forêts denses, résultat d’une culture en taillis. Pour la production de bois de chauffage, les arbres sont coupés tous les 40 ans. Les souches produisent à nouveau des cépées formées de plusieurs brins. Le mélèze Seul résineux à perdre ses aiguilles en hiver, le mélèze apprécie la lumière et les couloirs d’avalanches.  Son bois imputrescible en fait un matériau de choix pour la...

Les idées reçues sur la forêt (3)

– IL FAUT SUPPRIMER LES ARBRES MORTS/FAUX La présence du bois mort (sur pied ou à terre) est indispensable dans l’écosystème forestier. Support, nourriture ou protection, le bois mort intervient dans les cycles de vie pour la majorité de la faune forestière. – LES COUPES RASENT APPAUVRISSENT LA BIODIVERSITÉ/FAUX Dans le cycle des forêts, les risques naturels et les incendies créent des espaces dégagés favorables au développement de la faune et la flore. De même, les coupes de régénération et d’éclaircie permettent d’accueillir de nouvelles espèces qui recherchent des milieux ouverts. – LES RÉSINEUX ENVAHISSENT TOUT/FAUX  Résineux (51%) et feuillus  (49%) se répartissent de manière équilibrée en fonction de leur position géographique, du climat et du sol.  ...

Les idées reçues sur la forêt (2)

– LA FORÊT EST SUREXPLOITÉE/FAUX En région, la récolte annuelle de bois est inférieure à la production biologique de la forêt. Chaque année, on en mobilise environ  20%. – LA FORÊT RÉGRESSE/FAUX  Notre région est l’une des plus boisées de France, riche de 1,524 millions d’hectares. La déprise agricole et la dynamique de la végétation expliquent la forte progression des surfaces avec une moyenne de 2% par an.  ...

Les idées reçues sur la forêt (1)

– LA FORÊT APPARTIENT À TOUT LE MONDE/FAUX Les forêts appartiennent à des propriétaires qui peuvent être publics ou privés. Dans la réalité, les 2/3 sont la propriété de particuliers. Les forêts publiques sont notamment détenues par les communes, les départements, l’Etat (domaniales) et les établissements publics. – LA FORÊT EST NATURELLE/FAUX  Il n’existe pas de forêt “vierge” en région et moins de 6% des forêts sont âgées de plus de 200 ans. Depuis très longtemps,  l’homme intervient et impose sa marque : coupes de bois, activités de loisirs, équipements de prévention…  ...